Le doigt (revue France Photographie) - Bernard Joseph Kuhn

Analyse parue dans "Cahier d'analyses 2014", une publication de la Fédération Photographique de France.


LE DOIGT, DE DIDIER EUDES

Analyse de Bernard Kuhn, septembre 2014


Le regard est immédiatement attiré par ce doigt central expressif, affirmateur, dictateur. Tout comme la composition de l'image elle aussi redoutablement directive. En effet, un cadre fermé s'impose à nous : le bras et le gant posés sur la corde, ainsi que la main du soigneur donnent son assise à l'action ; les épaules nous renvoient vers les regards ; la corde supérieure finit de circonscrire la scène. Ces signifiants occupent une surface importante de la photo. Ainsi, au-delà de leur fonction de cadrage, signent-ils la virilité, la puissance de la boxe, tout en identifiant clairement ce sport.

Le coton-tige sur l'oreille a œuvré. La montre rappelle la courte minute de pose. Le public n'est pas représenté, probablement pour mieux nous focaliser sur les trois visages. La concentration, tant iconique que sémantique, est extrême. Les regards sont en prise directe, les bouches également, sans possibilité de déconnexion. Le regard du boxeur semble sonné. Les autres regards viennent à la rescousse, les voix tonnent le soutien. La minute est grave et dense.

Dynamique par ses lignes obliques, la photo raconte aussi des conflits par ses lignes croisées, notamment celles virtuelles regards-doigt. Mais elle se place surtout en héraut de notre regard captif.

BK

Powered by SmugMug Log In